Revenir en haut Aller en bas



 

Partagez | 

la peur n'est pas une bonne excuse, la peur est l'excuse dont tout le monde s'est toujours servi • • Mirai

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageSujet: la peur n'est pas une bonne excuse, la peur est l'excuse dont tout le monde s'est toujours servi • • Mirai Lun 3 Aoû - 14:23



J'm'appelle A. MIRAI STARK, mais pour toi chéri ce sera uniquement MIRAI J'ai 19 ANS, mais que j'sois ou non ton aînée, tu me dois le respect c'est comme ça qu'ça marche. J'suis un MEMBRE DE L'AGENCE HANI mais de toute façon on s'en branle puisqu'aujourd’hui j'fais partie des SURVALS & mon pouvoir est de me RÉGÉNÉRER en plus, si ça c'est pas la classe. Méfie toi j'ai plein de SAUTES D'HUMEUR mais au fond ça se supporte, t'en fais pas. Puis bon, j'suis SPONTANÉE & SOURIANTE aussi, ça compense. Sinon j'aime beaucoup LES CHOCOLATS CHAUDS & LES BEIGNETS, mais j'aime pas OUROBOROS, et par dessus tout, JE ME DÉTESTE, c'est contradictoire hein ?


✵ON PASSE SA VIE COINCE DANS LE LABYRINTHE A ESSAYER D'EN SORTIR, EN SE RÉGALANT A L'AVANCE DE CETTE PERSPECTIVE. ET RÊVER A L'AVENIR PERMET DE CONTINUER, SAUF QU'ON NE PASSE JAMAIS A LA RÉALISATION.  
Il se rit des plaies celui qui n'a jamais été blessé.

blabla pouvoir blabla bla bla



a little girl always search the full moon

Mirai, elle est belle,  et particulièrement féminine. Malgré ses airs d’adolescente, c’est une jeune femme qui prend soin de son physique. Les vêtements moulants, les talons hauts ou les chemisiers lui vont magnifiquement bien. Des fringues, la demoiselle a tout de même du mal à en trouver. Il lui est difficile d’habiller sa petite taille. En effet, cette dernière oscille le mètre cinquante-cinq, il lui est donc difficile de se vêtir comme une vraie femme. En outre,  son poids plume n’arrange pas les choses. La taille de la rouquine est plutôt fine, alors que sa poitrine et plutôt développée. Et ça, c'est l'un de ses plus grands complexes. Cependant, ce n'est pas la seule chose qui complexe la jouvencelle : ses hanches marquées, ainsi que ses cicatrices, dont une sur son flanc droit, et l'autre sous le sein gauche. Cela fait déjà pas mal de défauts.  Du coup, la nymphette porte souvent un vieil uniforme, ayant appartenu à sa défunte mère.  Elle le porte de manière classe et distinguée. Et oui, c’est un peu ça d’être issu d’une famille aisé. Son style vestimentaire est donc plutôt soigné, mais son visage légèrement enfantin contraste avec ce dernier.

Tient, parlons-en de son visage enfantin. Déjà, Mirai, c’est le parfait stéréotype américain  – sans compter la taille. Une longue chevelure auburn – comme une feuille d’automne, qui danse avec grâce dans son dos, et de jolis yeux ambrés, qui restent un océan glacial et de mystère. Au moins, malgré son apparence juvénile, on lui a accordé de beaux yeux. La Surval maquille d’ailleurs chaque jour ses iris, dans l’espoir de se vieillir un peu. Un trait de crayon sur le dessous des yeux, parfois accompagné d’un trait d’eye-liner sur le dessus. Ses longs cils sont relevés grâce à du mascara, tandis que ses fines lèvres sont couvertes de gloss. Elle est bien mignonne la petite Mirai, elle ressemble plus à une poupée ainsi, avec son teint blême, sans imperfections  – c’est là tout l’avantage de ne pas grandir. Mais son teint blême, elle ne l’aime pas. On est en Californie merde. Pourquoi elle ne bronze pas ?! Il n'y a que ses pommettes qui se teintent d'un léger rose, quand le mauvais temps se fait sentir, ou quand celle-ci se décide à mettre du fard à joues tout simplement.

Enfin, en dehors de son vieil uniforme, la jeune femme ne porte que des couleurs sombres, contrastant avec sa peau blanchâtre, et ne quitte jamais le bracelet que son père lui a offert. La damoiselle porte rarement des jeans, trouvant cela trop inconfortable... Seules les jupes et les robes peuvent habiller aisément sa féminité, puisqu'elles laissent une vue sur ses fines jambes, résultat de plusieurs années de natation.  L'adolescente prend soin d'elle, même si elle n’en a parfois point l’envie. Notre amie se lisse les cheveux tous les matins, et varie les coiffures. En outre, cette dernière utilise aussi quelques produits de beauté, dont certains dans l'espoir de cacher ses cicatrices si déplaisantes.

melody of soul

Mirai est une jeune femme fascinante, et énigmatique. Il y’a toujours un voile de mystère qui plane au-dessus d’elle. C’est une personne spontanée, qui n’a pas sa langue dans sa poche, et qui dira toujours ce qui lui passe par la tête. Néanmoins, la jeune femme change souvent d’humeur, il est bien rare de la voir joyeuse toute une journée. Lorsque la nymphette est de bonne humeur, celle-ci est souriante, légèrement impulsive, et s’amuse d’un rien. La jouvencelle est taquine, particulièrement envers ses proches, même s’il peut arriver que ce ne soit pas l’un de ses analogues.  Cependant, lorsque cette dernière est d’humeur massacrante, il est difficile de comprendre ce qu’elle ressent, et les causes de cette mauvaise humeur. C’est une adolescente morose, qui noie ses sentiments dans la littérature. La demoiselle ne sait pas  clairement comment exprimer ce qu’elle ressent, celle-ci finit par se refermer, devenir froide, voire condescendante. Elle se montre ainsi même envers Shiro, à qui elle tient beaucoup. Malgré le temps qu’ils ont passé ensemble, notre amie ne sait toujours pas comment lui dire ce qui la tracasse.

Cependant, l’adolescente est rongée par la culpabilité de ne pas avoir pu sauver ses parents. La peur la paralysait et, celle-ci n’a rien pu faire. Elle se blâme énormément pour cela, et vit avec des regrets, ainsi que de la culpabilité. Désormais, il n’y a plus grand-chose qui peut l’atteindre, pas même les menaces de Kuro. Cela a probablement une influence sur ce qu’elle est aujourd’hui, et sur sa mauvaise humeur. Désormais, la rousse s’efforce d’être forte psychologiquement, à un point tel que ses yeux sont comparables à des émeraudes féroces, bien qu’elle ne soit pas bien méchante. Mirai est juste loin d’être empathique, il lui en faut beaucoup pour avoir pitié. L’adolescente manque un peu de sympathie, mais il y’a des circonstances atténuantes, non ? En bref, la nymphette est une personne mystérieuse, qui ne laisse rien ni personne l’atteindre. Perdue dans le labyrinthe de la vie, et cherchant en vain une issue.

Mirai, elle observe le monde silencieusement. La jouvencelle examine le moindre de ses changements, l'analyse. La jeune femme note tout sur un petit cahier, qu'elle garde toujours dans sa veste. Ses impressions, ses sentiments, elle les note également. La demoiselle veut observer ses propres évolutions pour elle-même. Et, depuis toutes ses années, son caractère a bien changé.

Mirai, c'est une damoiselle sentimentale. La nymphette est sensible. Il lui en faut peu pour s'émouvoir. Un livre ou une musique triste, et la rousse peut éclater en sanglots. Certaines personnes peuvent trouver cela stupide, d'autres pensent que cela fait son charme, lui procure une certaine beauté, une petite étincelle. En outre, le visage de la donzelle est plutôt expressif, ses sentiments se lisent relativement facilement. Dans son sourire étincelant, ses yeux brillants, ses mimiques... Tout cela est une partie d'elle, une partie de son charme. La jeune femme a l’étincelle de la vie, aussi surprenant que cela puisse paraître. Cassiopée, elle est énergique, malgré sa faible condition physique. Elle court tout le temps, elle est toujours pressée, comme si le temps allait lui manquer, ironie du sort.

La musique, c'est une seconde passion pour notre amie. Le violon est son instrument préféré, celle-ci en joue, pas aussi bien qu'elle le voudrait, mais elle se débrouille. Cependant, jamais personne n'entendra le son de son instrument.

Malgré ces défauts, l’adolescente a un côté maternel plutôt développé, en contrepartie de son manque d’empathie. Mais, celle-ci reste tout de même maladroite. De plus, la rouquine a beau être émotive, elle a tout de même du mal à exprimer ses sentiments convenablement. En outre, elle a la fâcheuse habitude de toujours dire ce qu’il lui passe par la tête, bien que cette dernière le regrette souvent par la suite. C’est l’une des raisons pour lesquelles notre amie essaye d’instaurer une distance entre elle et ses proches. Pour ne pas les blesser. Bien qu’au fond, la nymphette s’inquiète énormément pour eux, elle ne supporte pas que l’on fasse du mal à un individu, même s’ils n’ont aucun lien affectif. Et cela, uniquement envers une personne « faible », comme un enfant par exemple. Si quelqu’un se montre violent envers eux, la Surval fera tout son possible pour les protéger, même si elle doit se faire détester afin d’y parvenir. Bien que la jouvencelle puisse parfois paraître étrange, ou cruelle, celle-ci n’a pas mauvais fond.  C’est probablement l’image qu’elle essaye de renvoyer. Comme quoi, il ne faut jamais se fier aux apparences,  et à la première impression.


✵ EN FOIRANT, IL Y A DE SI NOMBREUSES ANNÉES, PETITE FILLE PARALYSÉE PAR LA PEUR, ELLE S'EST NOYÉE DANS SA PROPRE ÉNIGME.
chapter one : do not let fear invade you

Le ciel. Comme tu l'as vu évoluer, changer. Un peu comme toi. Enfin toi, t'as changé mentalement, pas physiquement. T'es bloquée dans un corps d'adolescente, dans un corps frêle. Tu te détestes, tu détestes ce corps fragile. Tu en as vu des étoiles tomber, tandis que d'autres naissaient. Toutefois, ces étoiles, elles sont toujours tombées avant toi, Ô Mirai, pauvre Mirai. Tu es née d'une famille aisée, en Californie. Malgré le travail assez prenant de ton père, tu étais tout de même chérie. Tu n'eus pas une enfance difficile, malgré le contexte actuel du pays. Des parents aimants, qui subvenaient correctement à tes besoins. Inutile de se plaindre donc. Tu avais six frères, qui s'occupaient beaucoup de toi. Vous étiez très proches.

Tu aurais pu continuer d'avoir une enfance heureuse, si tes parents n'avaient pas été tués lors de cette stupide guerre civile. Ils collaboraient apparemment avec l'ennemi. L'armée décida alors d'exterminer toute ta famille. Néanmoins, ce jour-là, tu eus si peur que tu ne sortis pas de ta cachette. Ta vie fut donc épargnée. Le choc psychologique que tu as subi en découvrant les cadavres de ta famille est sûrement l'une des causes de mal-être aujourd'hui. Tu aurais pu les sauver. Mais, la peur t'avait paralysée. Tu n'avais rien pu faire, et tu t'en voulais pour cela. Le nom des Spark était de plus sali par ses enfoirés d'Ouroboros. Ru t'en voulais de rien avoir pu faire, d'avoir été faible. Tu devais devenir forte, peut-être que ses voix dans ta tête s'arrêteraient ?

Tu restas vivre au manoir, visiblement déserté depuis l'attaque d'Ouroboros. Tu venais parfois en aide à l'agence, en hébergeant temporairement des cobayes, comme le faisait tes parents. Tu voulais leur rendre hommage, et accessoirement étouffer un peu ta solitude. Ton oncle, le directeur actuel d'Hani te tenais parfois un peu compagnie. Toutefois, ce n'était pas pareil, il était un adulte, et toi une enfant.

En réaction à cette solitude que tu supportais de moins en moins, tu te mis à lire énormément, et à étudier, afin d'être digne de ton père. C'est ainsi qu'à tes douze ans, tu devins un membre permanent de l'agence, suite à tes capacités hors du commun.

chapter two: ouroboros

Ta première mission était de dérober quelques dossiers, détenus par Ouroboros. Le début de ta tâche se déroula sans encombres, tu pus récupérer les documents sans avertir le moindre scientifique. C'était un sans faute. Mais voilà, lorsque tu t'apprêtais à quitter la base de l'ennemi, un membre du personnel te barra le chemin. Tu étais découverte. Tu fus vite maîtrisée par les agents de cette stupide organisation, qui furent ravis d'expérimenter leurs nouvelles trouvailles sur une Spark. Tu allais être la première à tester leurs nouveaux produits, comment allais-tu t'en sortir, Mirai ?

Quelques mois plus tard, les expériences des scientifiques portèrent finalement leurs fruits : tu pouvais désormais te régénérer. Toutefois, ce n'est pas pour autant que tu devins insensible à la douleur. Tes bourreaux furent surpris par l'étrange pouvoir que tu développas, et multiplièrent les expériences. Ton calvaire ne dura que quelques mois, puisque par la suite, une mutinerie fut organisée par les Survals, et tu en profitas de l'agitation pour t'extirper de ta cellule. Avec ton expérience, et ta petite taille, tu n'eus aucun mal à quitter le laboratoire. Tu étais enfin libre, enfin en sécurité. Il ne te restait plus qu'à quitter le quartier général, qui était dessert suite aux mouvements de tes congénères.

chapter three : alix

chapter four: shiro

chapter five: hani

chapter six: present

chapter seven: hope


YO ; moi c'est HIME ou HIYORIN ou tout simplement CLARA ; j'ai 18 PRINTEMPS & la moitié dans ma tête & puis c'est tout. Je trouve aussi le forum MIGNON, & attention, j'ai même un mot pour la fin : PATATE! Et merci encore à Noémie pour ce superbe code que j'adore ♥ Oh, & j'suis sage, j'ai lu le règlement... LEL, t'as cru ? Je suis la fonda ♥

avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://a-hani-rpg.forumactif.org
Messages : 134
Hanis : 2084
Date d'inscription : 20/02/2015
Age : 21
Localisation : Derrière toi peut-être...
Revenir en haut Aller en bas
la peur n'est pas une bonne excuse, la peur est l'excuse dont tout le monde s'est toujours servi • • Mirai
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bonne nuit tout le monde
» Bonne année !!! TOUT LE MONDE !!!!
» A bord du Goeland
» Une Petite Bousculade ?
» Team NetApp by Rib' => Mode Renouveau ! (tout le monde peux partir pour une bonne offre)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ~ Administration ~ :: ~Présentations-