Revenir en haut Aller en bas



 

Partagez | 

【 Love at first sight ; RP Harley Kayzer. 】

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageSujet: 【 Love at first sight ; RP Harley Kayzer. 】 Mar 24 Mar - 16:25

C'était il y' a une semaine à peine et pourtant, j'avais l'impression que ça s'était passé hier. C'était un soir de pleine nuit où les étoiles recouvraient le ciel, il n'y avait que moi et mon cher égo. Après une longue balade, je m'étais mystérieusement retrouvé dans cet endroit, que j'avais jugé être un laboratoire. Je me souviens y être entrer, il n'y avait pas de lumières, pas de fenêtres, rien pour enlever cette odeur néfaste.

A force de simuler l'homme que je n'étais pas, j'avais besoin d'air, besoin de retrouver ma vraie personnalité. Lorsque j'étais entré à l'intérieur, j'avais entendu une voix féminine, presque inaudible. Je n'étais donc pas seul. Vu l'état dans lequel était ce laboratoire, il y' avait une chance sur un million qu'une autre personne pouvait être ici, au même endroit, au même moment. La plupart des gens appellent ça le destin, mais moi, j'appelle ça une coïncidence. Je m'étais rué vers cette voix, mais il n'y avait personne. Je me souviens m'être adossé contre le mur et avoir soupiré. Peut être que la fatigue commençait à me jouer des tours. Oui, enfin, c'est ce que je pensais jusqu'à ce que j’aperçus un petit papier, posé sur le sol.

C'était une carte professionnel, il y' avait un nom, un prénom, une photo ainsi que le nom et le lieu d'une agence de mannequinat. Trouver ce genre d'informations dans un lieu comme celui-ci ne m'avançait à rien. Est-ce que ce petit bout de papier allait me servir? Je n'en avais pas l'air convaincu. Toutefois, ça me trottait dans la tête. Une jeune fille était ici, elle devait sans doute chercher quelque chose puisque quand  elle m'a entendu, elle a fuis. Quel genre de personne ferait ça? J'étais curieux de savoir si elle avait un lien avec mon passé, enfin... j'avais des doutes qu'elle puisse être lié au gouvernement ou au scientifiques. C'était évident, aucun civil ou être humain penserait à venir dans ces lieux.

J'étais rentré chez moi, le petit bout de papier dans la poche. J'avais fais quelques recherches sur internet, tard la nuit et les informations que j'avais soutirées étaient très intéressantes. Jordane Williams, alias Harley Kayzer. Je la tenais. Mannequin, célèbre, belle, elle avait tout pour plaire. J'avais pu en apprendre un peu plus sur elle en lisant quelque documents. Il fallait que je l'a rencontre. Pour cela, j'étais tombé sur une photo d'elle avec des camarades de classe, elle devait être au lycée à cette époque là. J'avais usurpé l'identité d'un jeune garçon, pour mieux me rapprocher d'elle.

Une semaine après, j'étais devant l'agence de mannequinat. L'immeuble était impressionnant. Il y 'avait sans doute énormément d'étages. Une jeune femme souriante était à l’accueil, j'en conclu que c'était la secrétaire. Juste devant elle se trouvait une autre femme, qui elle demandait à voir à sa fille. La secrétaire lui avait refusée toutes demandes. La jeune femme partit, me laissant mon tour. J'avais sortit mon beau plus sourire, même si j'avais dû mal, je m'en sortais plutôt bien.

« Bonjour, j'aimerai voir Mademoiselle Kayzer. »

Je pris une voix rauque mais tendre à la fois. La jeune femme n'avait pas l'air de faire attention à moi, elle était bien trop occupé à ranger sa pile de papier. Elle hocha les épaules avant de me lancer.

« Kayzer? Vous voulez dire Jordane Williams, non? Qui êtes-vous? »

- Je m'appelle Liam Holmes et je suis un ami de Mademoiselle. »

Elle me fit signe d'attendre, sans même me regarder une seule fois. Elle composa un numéro sur le téléphone fixe, elle ne parlait pas, ce que je trouvais étrange. Elle raccrocha et s'adressa de nouveau à moi.

« Je suis désolée mais c'est impossible. »

J'étais contrarié. Je devais absolument la voir et pour cela, je devais jouer le grand jeu, quitte à la manipuler pour qu'elle accepte ou qu'elle me laisse la voir illégalement.

« Vous êtes sûre d'être seulement une secrétaire? »

Elle leva les yeux vers moi, choquée, comme si je venais de l'insulter. Mais au moins, elle me regardait. Je noya mes yeux gris dans son bleu azur, elle se mit à rougir.

« Jessica, c'est ça? Ne me regardez pas de cette façon, ce n'était pas une insulte. En fait, pour être honnête avec vous,  je pensais que vous étiez un mannequin et non une secrétaire. »

Elle se mit à bégayer, ressemblant presque à une tomate. Ce que les femmes peuvent être si connes quand elles sont amadouées par de beaux charmeurs. On continuait à parler de sa beauté et de tout ce qui s'en suit, les compliments fusaient, elle rougissait, souriait, bref, j'avais l'air de lui plaire. En étant subtile, je lui fit comprendre qu'il pouvait y 'avoir quelque chose entre nous si elle me laissait voir la personne que je désirais voir. Je n'avais pas besoin de plus avant qu'elle accepte. Elle se leva de sa chaise et s'exclama.

« Je vais voir ce que je peux faire pour vous. » Elle quitta la pièce, je ne pouvais que patienter.

- J'espère qu'elle va faire son job, cette pétasse. » Murmurais-je.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: 【 Love at first sight ; RP Harley Kayzer. 】 Mar 24 Mar - 21:47

"Si tu te sens seule, ferme les yeux et je serai à tes cotés."

Elle ouvrit les yeux brusquement, le souffle coupé tel un enfant pris en faute : S'assoupir n'était pas de ses habitudes. Lentement, elle regarda de droite à gauche avant de basculer sa chevelure en arrière : Seby n'était pas encore arrivé. Parfait :cela lui laissait le temps de se reposer après la fameuse nuit d'il y a quelques jours.
Sans plus attendre, la belle brune appuya sur un bouton et la voix d'un certain rappeur américain baigna la salle aux couleurs chatoyantes.
" When I'm gone, just carry on, don't mourn."
Cela ne prit que quelques minutes avant qu'elle ne plonge dans un long sommeil ponctué d'ombres et de silhouettes qu'elle eut probablement connues dans une lointaine vie.

-"Dane… Jordane…. Harley réveille toi bon sang. L'équipe est prête et Madame se prête à un sommeil réparateur !! Ecoute chérie, je veux bien croire que tu es la nouvelle diva, mais chaque Diva a ses limites."

J'ouvris les yeux et tombai nez à nez avec Sebastien. Il doit avoir passé une mauvaise soirée avec sa compagne pour hurler au loup ce façon aussi grotesque : Il y a bien d'autres manières de réveiller une jeune fille. Quand j'y repense, j'aurai pu le tuer pour retrouver le calme.. J'aurai pu, mais mon emploi du temps surchargé ne me laissait pas plus de 20 minutes de pause et puis son cadavre dans mon placard aurait entaché la nouvelle collection d'hiver de Monsieur Jacob.
Seby, en l'occurrence Sebastien, est mon maquilleur professionnelle attitré, il est le seul à approcher ses outils de mon visage sans que la pressante envie de lui arracher les yeux ne me vienne. Pourtant ces derniers temps, ce blond au style Rock décalé m'offusque de plus en plus.

-" Mais regarde-tes cernes ! A ton stade, tu ne peux pas te permettre de maltraiter ton visage ! Dehors, on serait prêt à tuer pour n'en avoir que la moitié. Tu ne connais pas ta chance. Heureusement que je suis…
-Ferme ta putain de gueule, tu n'es pas mon père. Tu n'es payé que pour me rendre belle, alors fais ton boulot."

J'évite de le regarder dans les yeux et préfère scruter le sol marbré. Je suis officiellement fatiguée, cela fait des nuits que Morphée ne veut plus entendre parler de moi, et c'est embêtant et pour moi et pour mon travail.

Elle sourit d'anxiété, ne pouvant s'empêcher de se remémorer les évènements du laboratoire. Elle avait bien fait de se faufiler dans ce trou à rat, le jour de son congé. Les documents qu'elle avait trouvé sur elle, mais sur une multitudes de cobayes avaient produit l'effet d'une bombe atomique : Quiconque aurait trouvé ses documents aurait tout bonnement jeté sa carrière à l'eau et puis….

"C'est fini ma belle. Tu es tout simplement resplendissante. Vas-y tu es prête. Montre leur la grandeur de Jordane."

Je lui souris sans pour autant que mon sourire atteigne mes yeux, puis me dirige vers le lieu du shooting. Quelle plaie, j'espère que ce calvaire passera vite. Le monde du mannequinat ne m'a jamais intéressée, mais c'est un métier très rentable lorsqu'on sait se distinguer des autres. Comme je l'ai toujours dit, c'est bon pour les potiches,les femmes écervelées à qui on ne demande qu'une seule chose : Sois belle, souris et mets là en veilleuse.

-Regarde de ce coté. C'est parfait… Maintenant mets ta main sur ta hanche. Voilà ! Provoque la caméra, offre moi ta plus belle expression.. Regarde moi !

Ne me regarde pas, ne me dis pas ce que je dois faire. J'ai envie de détruire cet appareil photo, j'ai envie de détruire tout ce matériel, j'ai envie de tous vous détruire. Je veux partir, tu as eu assez de photos.Tu ne sembles pas satisfaits? Ce stupide appareil ne veut pas me laisser une seule seconde, il me suit, s'acharne sur moi, capture mes expressions. Arrête de vouloir m'emprisonner dans tes photos. J'ai besoin de liberté. J'ai besoin…

Trois petits coups retentirent sur la porte du studio, interrompant la séance photo et par le même biais le calvaire d'Harley. Quelle étrange situation, elle n'avait jamais réagi de cette manière face à des photographes. Peut-etre était ce dû à la fatigue qu'elle ne pouvait supporter un objectif face à elle ? La sensation d'être violentée, abusée par toutes ses lumières conjuguée par l'envie d'une bouffée d'air frais la tiraillaient.
La porte s'ouvrit, les caméras se figèrent et une blonde fit son entrée. Elle était bien rafistolée avec un rouge à lèvre pétant qui se faisait remarquer à des lieux. Harley leva les yeux vers elle. Pour la première fois sans doute, l'égérie de la maison prenait le temps de fixer autre chose qu'un cylindre qui crachait des lumières aveuglantes.

-Mademoiselle Williams, excusez moi de vous déranger, mais un jeune homme du nom de Liam Holmes souhaite vous parler. Bien que vous n'aimez pas être dérangée, il a énormément insisté.
-Bien, faites le entrer dans ma loge.

La blonde aux lèvres de salope me toisa avec surprise : Ce n'était pas de mon habitude d'accepter si rapidement les rencontres, surtout sans rendez vous. Mais comprenez-vous, à cet instant précis, pour échapper à mon malheur, j'aurai été prête à faire des concessions, quitte à laisser entrer un détraqué dans mes quartiers.


Faisant mine d'une nonchalance exagérée, Harley se dirigea vers ce qu'elle aimait appeler "son intimité." Elle n'eut pas le temps de se changer qu'elle ressentit déjà une présence derrière elle. " Sa bouffée d'air frais" était décidément très rapide.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: 【 Love at first sight ; RP Harley Kayzer. 】 Mar 24 Mar - 23:28

La patience n'avait jamais été l'une de mes qualité. En attendant la secrétaire, je scrutais mes alentours, silencieux. Il y' avait des tas de personnes qui couraient à droite, à gauche, ils avaient tous l'air pressé. C'est à ce moment là qu'une voix mielleuse m'extirpa de mes pensées. La grande blonde au rouge à lèvre pétant était revenue et elle me fit signe de la suivre. Je traversai un couloir, immaculé de blanc, un décor banal mais plutôt sympa. La blonde s'arrêta net devant une porte, où le nom « Jordane Williams » y était inscrit. Un sourire de satisfaction se dessina sur mes lèvres. Étant manipulateur, je m'étais seulement servit d'elle pour arriver à mes fins, qu'on soit d'accord. Je rapprochai mes lèvres de son oreille pour lui glisser un petit « merci » d'une voix sensuelle. Mes remerciements n'étaient jamais sincères mais je devais agir comme un gentleman. Je lui avais en même temps glisser dans la poche un petit papier sur lequel se trouvait mon numéro de portable. Évidemment, ce n'était pas vraiment le mien. Elle partit en rougissant.

J'ouvris la porte et me voilà dos à Harley. Lorsqu'elle se retourna pour me faire face, je la fixais de haut en bas, afin de l'analyser et de la décrire. Elle était mince et grande. Digne d'une mannequin, enfin, je pense? Ce n'est pas comme si je m'y connaissais ou m'y intéressais sincèrement. Ses longs cheveux cuivré dorés se balayaient le long de son dos, son maquillage parfait me faisait penser à une poupée superficielle. Oui, je viens bien d'insinuer qu'elle était superficielle avec sa tonne de fond de teint.

Je me permis de m'asseoir en face d'elle, seul le bureau se trouvait entre nous. Mon regard se noya dans le sien, provocateur. Il y' eut un grand silence avant que je ne lance la discussion.

« Bonjour, Harley, je ne sais pas si tu te souviens de moi. On était au lycée ensembles, j'étais ton camarade de classe. »

Elle me regardait, inexpressive sans pour autant me répondre. Cette jeune Harley me faisait étrangement penser à moi-même. Enfin, le vrai moi. Elle se contenta seulement de me répondre négativement d'un ton froid, ce qui aurait pu vous glacer le sang si vous étiez trop fragile. Je ne faisais que sourire en m'adressant à elle.

« Tu es sûre de ne pas te rappeler de moi? J'étais sans arrêt au fond de la classe. Enfin bref, passons. J'ai vu ton visage de partout dans les magazines, les affiches, même devant des gares. Tu es très célèbre, dis donc. Et tu as un petit ami, tu es fiancée ou peut être mariée? Je te pose cette question parce qu'une fille aussi jolie que toi ne peut pas être célibataire. Avec ton joli minois, tu pourrais avoir n'importe qui à tes pieds. »

Elle restait encore de marbre, ne montrant aucun intérêt à ma discussion. En même temps, je ne lui avais pas laissé le temps de répondre. Après tout, c'était mon but. Je m'amusais à analyser chaque réactions de sa part lorsque je lui posais des questions, mais il n'y avait rien. Rien du tout. Cette fille commençait à m'intéresser de plus en plus. Je devais à tout prix me rapprocher d'elle d'une autre façon. Apparemment, les compliments la laissait indifférente. C'est alors que je m'affalai sur son bureau, posant mon coude près d'elle, la scrutant du regard d'un air charmeur.

« Tu as l'air épuisée, tu ne parles même pas. Peut être qu'un bon café ou un verre te ferait du bien. J'espère que tu accepteras ma demande. J'aimerai vraiment en apprendre davantage sur toi depuis que nous avons perdus contact. »
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: 【 Love at first sight ; RP Harley Kayzer. 】 Sam 28 Mar - 23:56

Qui était-il ?Ma bouffée d'air ? L'absurdité dont la causalité acheva son ascension ? Q'importe, il était là, bien là. Et pourtant quelque chose d'inexpliqué se dégageait de lui, Je ne saurai vous dire, mais je peux le ressentir. Oui, je peux sentir ce petit extraordinaire presque inquiétant qui l'enveloppe, le rendant presque innaccesiblement proche.

J'ai envie de me taire, j'ai honte de mes propos. Depuis quand est ce qu'un homme imprègne la curiosité en moi ? J'en suis presque fascinée. Il faut dire que le temps fait des miracles sur certains cas désespérés.
Liam Holmes… Un nom si loin… Un nom que j'associerai à une ombre, l'ombre d'un petit garçon brun qui passerait inaperçu , très certainement, même dans une Gay Party.

C'est étrange, Liam et moi n'étions pas si proches, vaguement des connaissances, le genre de relations où vous ne vous diriez même pas bonjour dans la rue. Et pourtant il était là, bien là.. Et pourtant, je n'avais jamais fait attention à la beauté de ses yeux.. Un gris d'océan ennuyé se prélassant, envoyant ses bagues à la quête de nageurs imprudents à noyer.

Harley ne prêta pas attention au discours de Liam. Son esprit vagabondait au rythme de son regard qui scrutait le moindre détail physique du jeune homme. Se voilant derrière un masque d'impassibilité, Le jeune mannequin imaginait déjà tirer les cheveux du beau brun, au bord de l'orgasme. Ces lèvres bien tracés parcouraient son cou, ses seins puis son ventre. Elle ne tenait presque plus en place et chantonnait une prière silencieuse pour être tenue prisonnière dans ses bras.

Son fantasme aurait pu durer indéfiniment si une invitation des plus maladroites n'avait pas été lancée à son égard.

Boire un verre ? De si bonne heure ? Je préfèrerai plutôt te plaquer contre mon bureau et te chevaucher. Noyé dans ton extase, je me demande quelle expression daigneras-tu me montrer ?
Oh et puis si tu me plais bien, je te tuerai puis te conserverai, tu seras la plus belle pièce de ma collection. Qu'en dis tu ?
Elle sourit jaune, pris sa veste en cuir noir aux détails en métal et se dirigea vers la porte.

-"Suis-moi, je connais un bon endroit où l'on pourrait papoter tranquillement. Nous avons bien 9 ans à rattraper.
Elle s'immobilisa un instant, puis se retourna ; un regard gris croisa un regard océan :
C'est moi qui offre.


Je veux m'enfuir, mais mon corps n'a pas l'impression de me comprendre, je marche lentement comme si mes talons étaient en porcelaine. Je dois faire un long détour histoire d'éviter les commérages, c'est quand même un vendredi. J'espère que le gouvernement votera des lois pour interdire les piplettes d'ouvrir la gueule un Vendredi aprem. Il y aurait sans doute des suicides, mais la fin justifie toujours les moyens.
Je me précipite vers le hall et je bifurque vers la droite direction l'ascenseur pour prendre ma voiture. Je ne fais même pas attention à Liam, est-il derrière moi ?

Harley arriva à la hauteur d'une porte en métallique et appuya sur le bouton d'appel. Elle se figea un instant, puis se retourna vers le beau brun. Il n'eut rien, ni un mot, ni un geste, ni un bruit. Le monde s'arrêtait et les personnes autour d'eux disparaissait. Il eut un long regard échangé, enivrant, déboussolant.
Un petit "Tint" la fit revenir à la réalité, la porte s'était ouvert. Il n'y avait personne. Parfait. Sans plus attendre, elle s'engouffra suivi du jeune homme, puis appuya sur le bouton -3.
Les portes se refermèrent comme par magie et l'ascenseur entama sa décente en enfer.

-Alors que deviens-tu durant toutes ces…

Elle n'eut pas le temps d'achever sa phrase que la petite boite métallique se figea les plongeant dans l'obscurité la plus totale.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: 【 Love at first sight ; RP Harley Kayzer. 】 Ven 3 Avr - 3:22

J'attendais sa réponse avec impatience. Son expression était si froide que je ne pensais pas qu'elle allait accepter mon invitation. Par la suite, elle me demanda de la suivre. J'avais donc gagné. Elle disait connaître un endroit sympathique, pourquoi pas. Je me mis à sourire puis je la suivi. Me faisant passer pour un bon gentleman, je lui ouvris la porte, lui faisant signe de passer devant moi. Toujours aussi inexpressive, elle ne me prêta pas une quelconque attention. Lorsqu'elle dépassa le seuil de la porte, je jeta un rapide coup d’œil à son postérieur, plutôt bien roulé. Elle est vraiment pas mal cette chère Harley.

On quitta la pièce dans laquelle nous étions, je scrutais une dernière fois le décor de l'agence, toujours aussi souriant. J'aperçus de loin la jeune secrétaire blonde, au rouge à lèvre pétant sauf que la jeune Harley changea de direction, à mon plus grand étonnement. J'arquai un sourcil, interrogateur. Où est-ce qu'elle allait? On passa par une porte extérieur, de l'autre côté de l'entrée principale. Donc, c'était ça? Elle venait de dévier toutes les personnes qui travaillaient ici, sans doute pour ne pas faire de commérages. Intelligente, en plus? Elle m'intéressait de plus en plus.

Arrivé dans le hall, je déviai vers la droite, comme elle. Un grosse boite métallique à deux portes coulissantes se tenait face à nous. Évidemment, c'était pour rejoindre l'extérieur, faudrait être débile pour ne pas le comprendre. Je la fixais du regard, tout en attendant l'arrivé de l'ascenseur. Il n'eut aucun bruit, ni paroles échangées jusqu'à ce qu'il apparaisse devant nous. A son arrivé, je lui fit signe de passer devant moi. C'est en étant à l'intérieur qu'elle rompit le silence en commençant un dialogue. Dommage pour elle, elle n'eut pas le temps de terminer sa phrase. L'ascenseur se figea, nous laissant seuls dans l'obscurité total.

La première chose qui me vint à l'esprit fut mon portable. Il se trouvait dans ma poche, je le sortit, histoire d'avoir un peu de lumière dans cette grande obscurité. Harley n'avait pas bougée, elle ne paniquait même pas. Elle restait toujours aussi silencieuse et inexpressive. Cette fille là m'intéressait davantage. Mais pourquoi? N'avait-elle peur de rien après tout? En la fixant, je me rendis compte qu'elle n'avait rien de superficielle comparé à l'image qu'on pouvait se faire d'elle. Elle était différente. Oui, différente, c'est le mot qu'elle portait le mieux. Elle restait sereine face à cette situation, beaucoup plus que moi. Je n'avais pas peur, non, loin de là mais rester dans le même endroit qu'elle, coincé avec elle, me déplaisait et en même temps me faisait frisonner. Un frisson qui m'était incompréhensible. Je n'avais jamais ressenti ce sentiment étrange jusqu'à présent. Je ne pouvais même pas l'expliquer et encore moins le décrire.

Je scrutais mes alentours, aussi silencieux qu'elle. Je ne pouvais pas rester une seconde de plus ici, seul, livrés à moi même. Il fallait que je trouve une issue ou un appel au secours. Un appel au secours? Pourquoi n'y avais-je pas pensé avant. Quel imbécile. C'est elle qui me fait cet effet là? Impossible, c'est répugnant. Je tenais toujours mon portable dans la main et mon but était de trouver les boutons de l'ascenseur pour actionner celui de l'alarme panne. Je ne voulais pas lui brûler la rétine, ce serait dommage de gâcher de si beaux yeux, donc, je diminua la luminosité de mon appareil. Malheureusement, je devais me confronter à elle. Confronter? Oui, c'était bel et bien le mot que je venais d'utiliser. Harley se trouvait juste à côté des boutons que je cherchais. Je n'hésita pas avant de tendre ma main dans le vide, la luminosité était bien trop basse pour que je puisse voir quelque chose après tout. Quelle plaie. Au moment où ma main se tendit, je put sentir et frôler la douceur de sa peau. Son bras nu. Je pouvais même jusqu'à humer son parfum alors que je me trouvais seulement à quelques mètres d'elle. Si on pouvait appeler ça des mètres. Putain. Cette odeur à la fois mystérieuse et sauvage m'enivrait. Je retirai rapidement ma main d'un geste brusque. Je voulais la toucher mais quand je le faisais, mon diable intérieur n'appréciait pas et voulait la fuir. Était-elle si toxique que cela? Qu'est-ce qui n'allait pas chez moi?

Je soupirai discrètement, m'asseyant sur le sol glacé de l'ascenseur. Glacé? Je venais à peine de remarquer la température. J'étais tellement obsédé par elle que j'avais oublié le climat. Harley devait sans doute avoir froid. Malgré le fait que je ne puisse pas la voir, je ne distinguais aucun claquement de dents, aucun frottement, rien. Donc, elle ne ressentait rien. Mais qui était-elle, bon sang? Je devais à tout prix en savoir plus.

« Je n'ai pas besoin d'être devin pour imaginer la suite de la phrase que tu n'as pas eu le temps de finir. Ce que je deviens? Rien d'exceptionnel, je n'ai pas changé. Je travaille à mi-temps dans une bibliothèque et je donne des cours à des étudiants en informatique pendant mon temps libre. Rien de génial, mais ça paye. Surtout les étudiants quand c'est à domicile. Sinon, j'ai un petit appartement dans un petit coin calme, là où il n'y a pas de bruit tard le soir. »

Je pouvais la sentir bouger. Ses pas résonnaient dans la pièce métallique jusqu'à faire vibrer le sol. Ou bien était-ce mon diable intérieur qui me jouait des tours, qui sait. J’attrapai brusquement, presque violemment sa main, la faisant s'asseoir à mes côtés. Elle ne broncha pas. Stupéfiant. Le contact de sa peau contre la mienne m'avait électrocuté sur place. Je pouvais sentir sa peau se frotter contre mon corps, ses cuisses frôler les miennes. J'étais vulnérable. Je perdais le contrôle, qu'est-ce qu'il m'arrivait? Je ne comprenais pas ce que c'était, d'où sa venait. J'avais toujours fais semblant jusqu'à présent et me voilà dans une situation des plus délicates et embarrassantes. Le genre de situation inattendu, qui vous surprend. Je retira ma veste, l'a déposant sur ses épaules, sans même lui proposer ou lui demander de me permettre. Je repris d'une voix mielleuse, presque envoûtée.

« Toi, par contre... tu n'as pas changée, tu es toujours aussi belle, aussi mystérieuse. »

Ma bouche se referma instinctivement. Ses mots venaient de moi. Du vrai moi. Je le pensais sincèrement, ça en devenait presque... presque quoi? Je ne savais pas quel sentiment décrire. En même temps, je ne m'y connaissais pas vraiment. Mes mains étaient chaudes, limite brûlantes. Ce qui était étrange vu la température dans l'ascenseur. Mon cœur battait un peu plus vite, il n'était plus aussi régulier. De la peur? Non, c'était autre chose. Peut être de l'excitation? Du désir? Peu importe ce que cela pouvait être. Ça ne m'était pas familier. J'avais envie de poser ma main le long de sa cuisse, de remonter sa jupe et de me donner entièrement à elle. Lui dévoiler une intimité que personne n'avait réellement vu jusqu'à aujourd'hui.

Il n'y avait pas beaucoup de lumière, pas du tout même, mais je savais qu'elle était assise, près de moi, les jambes tendues. Je pouvais même sentir ses cheveux au parfum fruité. Son visage était près de moi. Je n'avais plus qu'à tourner la tête. Je n'attendis pas plus avant de m'exécuter. Je posai délicatement ma main sur sa joue, détournant son visage vers le mien. Je senti sous mes mains la rotation de son minois vers ma direction. Le mien l'était également. Je me retrouvais enfin face à elle. Aucun de nous deux brisait le silence. Aucun de nous deux osait l'interrompre. Surtout pas moi. Je pouvais sentir sa respiration chaude contre mes lèvres. Mes lèvres... mes lèvres que je mordillais, trépignant d'impatience de lui arracher un baiser passionnel. Ma main se nicha sur sa joue. Je la caressais avec une délicatesse inégalée. J'arrivais enfin au moment que j'attendais. Mon visage se rapprocha du sien, j'entre-ouvris mes lèvres, prêt à l'embrasser, quant tout à coup....

Les lumières s'étaient rallumées, l'ascenseur repartait de plus belle. Je me redressai aussitôt, aucune expression sur mon visage. Je paraissais presque vide. Je venais de prendre un coup dans ma fierté à cause d'un fichu ascenseur... ou des petits démons que mon diable intérieur avait envoyé pour arrêter le massacre. Ce petit connard savait ce que j'avais prévu de faire. Encore une fois, il me posait des millions de questions à la fois. Pourquoi elle? Ce n'est pas comme si c'était la seule plus belle femme au monde. Qu'est-ce qui t'intéresse chez elle? Son mystère peut être, me répondis-je à moi même. Je m'en voulais. Je me haïssais d'avoir ce sentiment inconnu qui parcourait mes veines à une allure incroyable. La sensation n'était pas désagréable. Je devenais indécis. La suivre ou la fuir? Mon diable intérieur se mit à rire, je le fis instantanément taire.

« On y va dans ce café? »
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: 【 Love at first sight ; RP Harley Kayzer. 】

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
【 Love at first sight ; RP Harley Kayzer. 】
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Who said love at first sight was true love ? //Ft. Guerre//
» Absolarion Love.
» Love me now or hate me forever!
» « CENTRAL PARK » New York i love you .
» Mangas-Love RPG ♥

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ~ Poubelle ~ :: Récup' :: Rps-